Skip to main content

Mardi 29 novembre 2022, j’ai rendez-vous à 17h30 avec Clément, l’un des trois gérants de Comme à la radio, temple nantais du vinyle au 18 de la rue Jean Jaurès. Cet hyperactif de 37 ans que je m’apprête à interviewer n’est pas seulement un commerçant qui vient de déménager, un digger invétéré, un producteur hip hop du nom de Maodea, un futur patron de label, c’est aussi le co-organisateur des soirées De la boucle, dont les 10 ans vont être fêtés au Pannonica le 10 décembre prochain.

Clément, les soirées De la boucle, qu’est-ce que c’est ?

Il y a 10 ans, avec mon pote Yeno, on faisait des productions orientées hip hop, du travail de Home Studio, qu’on avait envie de faire écouter à un public. On a proposé le concept à nos copains du Labo, un petit bar rue Léon Blum. On a ramené nos instruments, nos machines, nos ordis et on a joué. Naturellement, on s’était dit qu’on allait jouer un morceau chacun à tour de rôle, en boucle. On devait être quatre producteurs la première fois. Il n’y avait pas encore de MC. On était quinze, vingt dans le bar, que des copains, une soirée semi-privée : tout le monde a kiffé. On en a fait une, puis deux… et on a enchaîné.

MC, tu peux expliquer :

Maître de Cérémonie. On a senti qu’il y avait besoin que quelqu’un fasse monter la sauce, que quelqu’un soit là pour accompagner l’ambiance. Il ne rappait pas, il faisait des blagues, intervenait quand il y avait des blancs, ce genre de choses. Ce MC, 2ONE, est arrivé quand on a commencé à organiser les De la boucle au Canotier. Entre temps, Le Labo avait dû fermer. On a fait une dizaine de soirées là-bas, entre trois et cinq par an. Rapidement, on a réussi à faire venir des mecs qu’on ne pensait pas pouvoir toucher. On avait très peu de budget, l’entrée était gratuite. On faisait venir quatre producteurs, et rapidement cinq ou six à chaque fois. Les mecs, il fallait qu’ils en aient envie. C’était entre 2012 et 2016, l’école Jay Dee, Madlib, Flying Lotus, le genre de musique qu’on avait envie de promouvoir et d’entendre en club. On avait l’impression d’être quinze à écouter cette musique dans nos chambres et finalement, on s’est rendu compte que plein de gens kiffait ce son aux soirées.

Au fur et à mesure des éditions, on a vu que les gens revenaient. On a vu des gens arriver de Bordeaux, de Marseille, des gens qui avaient pris l’avion pour venir un soir et on a halluciné. Ce concept de soirée était rarissime. C’était cool. En mai 2016, sur le Facebook, on a annoncé qu’on arrêtait et qu’il y aurait peut-être des projets, mais beaucoup moins réguliers. Le Canotier a été vendu et on avait des obligations professionnelles.

En janvier 2019, on remettait ça au Bras de fer. C’était super et ça nous a donné envie d’en refaire. Mais le Bras de fer première mouture a fermé et le COVID est arrivé. Je pense que si on avait eu un lieu avec des gens qui avaient le budget, on aurait continué à en faire trois ou quatre par an. Mais voilà, c’est vraiment le lieu qui prime. Et comme on est toujours en vie, on va remettre ça au Pannonica pour les 10 ans parce que c’est un lieu que j’adore et qu’il y aura peut-être d’autres partenariats dans le futur !

DU TAC AU TAC

Première soirée De la boucle :  Le 8 juin 2012, au Labo.

Qui a le plus joué aux soirées DLB : Nous, Yeno, L. Boy Jr. (qui a pris le relais de Yeno dans l’organisation au bout de deux ans) et moi (Maodea). On bouchait les trous quand il y en avait. Et Midori sans doute, le patron du label Menace, le label d’Underground Canopy, le groupe qui va ouvrir la soirée pour les 10 ans au Pannonica !

Pourquoi fêter les dix ans au Pannonica : Le Panno, c’est une salle que j’ai toujours adorée. C’est quand même la meilleure salle du centre ville. On se croirait à New York avec les escaliers. Ça sonne super bien, c’est la jauge parfaite. Il y a encore beaucoup trop de gens qui ne connaissent pas cet endroit à Nantes.

Une affiche marquante : Celle de Ryngar en février 2014. Toutes les affiches des soirées au Canotier, on les faisait en sérigraphie. Chaque soirée était accompagnée d’une expo de l’artiste qui avait fait l’affiche.

Un lieu particulièrement marquant : Le Canotier ou le Bras de fer, des lieux où il y a de bonnes vibrations. Mais aussi une tournée avec 20syl de Hocus Pocus pour son projet Le U rampe sonore qui nous a permis de faire le Chabada à Angers, le VIP à St Nazaire et le Stereolux à Nantes.

Un line-up exceptionnel : La dernière au Bras de fer, c’était chanmé ! Avec Waltaa notament. Au Ferrailleur aussi, dans le cadre des Hip Opsession en partenariat avec Pick Up production. On avait fait venir un producteur canadien dont on était tous super fan à l’époque, Elaquent, et un duo qu’on aime beaucoup aussi, Baron Rétif et Conception Perez. C’était mortel.

De la boucle, c’est aussi deux compilations : Le concept, c’était d’essayer de réunir deux soirées sur un CD avec tous les artistes qui avaient participé à ces soirées, avec un ou deux morceaux chacun.

Et le futur de De la boucle, c’est ce samedi pour revivre la fièvre de ces soirées-là ! Avec Underground Canopy pour débuter, un sextet de jazz formé en 2016 qui jouait des reprises de Madlib ou Flying Lotus à ses débuts et qui produit désormais un jazz chanmé teinté de hip hop instrumental & de soul. Et puis comme le veut la formule, un plateau de quatre producteurs – Azaia, Monomite, Deheb, Mellow Cuton – qui vont en boucle enchaîner les boucles, ambiancés par l’irremplaçable 2ONE. Alors venez faire DU BRUIT le 10 pour les 10 ans de DLB !

Jean Doe

“10 ANS DE LA BOUCLE”
UNDERGROUND CANOPY

Samedi 10 décembre / 21h
Ouverture des portes 20h30 / Pannonica