Rosetta vs Wood, un concert bipolaire

: 24 février 2014 | : Action Culturelle Chroniques des concerts | : lycee Guisthau

Vendredi 7 février, le Pannonica accueillait un concert de jazz en deux sets avec deux groupes : Woods – composé du contrebassiste Sébastien Boisseau et du saxophoniste Matthieu Donarier, un duo bien connu du public nantais –  puis Rosetta, un trio américain de guitares et contrebasse. Une soirée jazz présentant deux univers profondément différents qui transportent le spectateur dans les coulisses opposées d’un même genre.

Wood et Rosetta Trio partagent une formation particulière et atypique puisqu’ils sont tous deux menés par un contrebassiste et ne possèdent pas de percussions, il est difficile de confondre leur musique et attitude sur scène. Les deux Nantais de Wood jouent sur  l’improvisation autour de thèmes déjà écrits : une musique très technique qui a plongée les musiciens dans une concentration intense sans communion apparente entre Sébastien Boisseau et Matthieu Donarier. Leur musique, plus proche de la musique de chambre, plonge la salle dans un calme profond : tous les spectateurs immobiles gardent les yeux rivés sur scène. Le duo est très introverti et communique difficilement son énergie pour ce premier set qui semble s’essouffler.

Un trio vivant et énergique
Rosetta Trio joue plus de compositions de l’ensemble de leurs albums. Leur musique n’est pas basée sur l’interaction entre les musiciens mais sur la superposition et le mélange de la musique des instruments. Leur jeu plus chaleureux et vivant, l’attitude passionnée des musiciens sur scène et l’interaction avec le public crée une ambiance plus conviviale dans la salle. Les musiciens enchaînent les morceaux en les entrecoupant d’interactions avec le public. Ils témoignent constamment leur plaisir d’être ici et délivrent une mélodie joyeuse et dynamique.