Portico quartet + Oxyd

: 9 février 2012 | : Atelier des initiatives | : Atelier des initiatives

Portico Quartet

Avec des sons doux et éthérés. Minimalistes. Un sax qui nous livre quelques cadences (rêve dans le rêve), des accords tenus de contrebasse à l’archet, une batterie, très douce, qui sous-tend la course. Et ces sons, si étranges, sortis de ces soucoupes volantes posées sur trépieds ! Les « hang ». Des sons féériques et obstinés, qui font la pâte du Portico Quartet. Le quatuor anglais, que l’on n’imaginait pas si jeune, nous entraîne avec habileté de l’autre côté du miroir. Le passage est indolore et nettement moins stressant que celui d’Alice dans son pays des merveilles ! Ici nul lapin blanc, mais une musique qui nous donne l’impression de marcher sur les nuages : tout en nuances, répétitions, variations. Parfois le rêve se dissipe. Le batteur allume ses appareils et nous fait atterrir avec quelques sons électro. C’est là qu’il nous regarde dans les yeux, prend quelques sons pour qu’ils jouent en boucle, et alors nous laisse remonter là où il fait si bon planer…

Oxyd

Quintet frenchie pour une judicieuse première partie qui lance la machine à rêves. Un son tout aussi onirique et entrainant, quoique plus aigre-doux, rugueux (Fender Rhodes) et inquiétant. On aurait aimé qu’ils jouent plus longtemps.

Carmina C. (blog des spectateurs de l’atelier des initiatives)