Malcolm Braff Trio

: 15 avril 2013 | : Atelier des initiatives | : Atelier des initiatives

Par Carmina Chauveau de l’atelier des initiatives

Un trio de citoyens du monde qui renouvelle le jazz sans recourir à l’exotisme, mais avec des sonorités gourmandes qui éveillent nos papilles !

Le programme du Pannonica présentait le pianiste Malcolm Braff comme un fils de missionnaire qui grandit au Brésil et en Afrique, et il donnait un aperçu de son caractère inspiré à travers l’image mystérieuse imprimée dans le programme. L’homme qui arriva sur scène n’avait point d’argile sur la peau mais il était habillé à l’indienne et arborait une chevelure et une barbe qui poussaient probablement déjà quand il n’était même pas encore question de bug de l’an 2000 ! Braff avait surement commencé de les cultiver bien avant l’époque de« Bénarès », l’album aux sonorités si indiennes enregistré avec son compatriote Erik Truffaz. Pas vraiment l’idée qu’on se fait du citoyen suisse !

Malcom Braff venait ce soir-là accompagné du bassiste Reggie Washington et du batteur Lukas Koenig . Le premier avait la souplesse d’un Carl Lewis et le regard d’un Miles Davis (le masque impénétrable en moins), mais une sérénité et un sourire bien à lui. Le second, âgé de 22 ans et originaire de Vienne (nous dit le programme), a littéralement transcendé le set. Droit comme un i, le regard fixé sur un point connu de lui seul, juste et intelligent comme l’alpiniste qu’il aurait été dans une autre vie, Lukas Koenig a conduit ses ainés à des sommets himalayens.

Le trio a joué les compositions de Malcolm Braff et s’est tenu loin des sentiers battus des reprises de standards et du rituel des soli jazzistiques. Non qu’il les dédaignât, mais les morceaux de l’album qui nous vaut cette tournée, « Inside », suffisaient amplement. Un jazz singulier, assuré, non pas cérébral mais généreux, étonnamment rieur, gourmand, bien de ce monde. L’inspiration peut venir d’incarnations oubliées, de continents éloignés, ou du pays des montagnes, mais la musique, ce soir-là, était de chair et d’os, pour le plaisir de tous nos sens.