scène jazz et musiques improvisées à Nantes

Cyrille Bret et Max Figerou

bret-figerou

Style : Dessin
Periode : avril, mai
Vernissage : Mardi 25 avril 20017 à 19h

 « L’indéniable présence et la métamorphose » – Encre sur papier

Mardi 25 avril – Vendredi 26 mai

—-

« Cette formule instruit un sens pour construire un certain naturel dans la définition des formes dans ces dessins. C’est un sentiment très précis de ce qu’est un réel, tangible, certainement vécu par tous, et résumé ainsi : sitôt énoncé, le fait s‘échappe. Ces œuvres établissent des sujets, des figures, des fragments de figures, parfois pris dans une sorte de son au rythme très actif. Ils baignent le sujet dans une trame présente, une nature qui souffle la permanence et son effacement. Ces sujets émergent et procèdent de ses pulsions dominantes, de cette atmosphère pleine, battue du temps, féconde et matrice de toutes les histoires ».
Max Figerou

—-

La peinture comme lieu : échelle et projection, matière et image, point de vue et mouvement, réceptivité et décision ; le lieu est une circulation entre ces oppositions. Cette peinture n’a pas d’autre sujet que de construire un lieu.

Le lieu comme forme conjuguant l’intérieur (on y pénètre) et l’extérieur (il nous contient) est complet et se suffit à lui-même, il instaure une jonction de deux contraires, c’est une existence absolue. Peindre un paysage c’est peindre l’existence, le paysage est l’essence même de la peinture, toute peinture est un paysage.

Un paysage est une forme du temps, la peinture qui permet de construire le lieu de la rencontre entre le passé et le futur doit s’écrire comme les mots, dans une grammaire de l’instant, c’est un chemin. Il n’est pas nécessaire de savoir où il mène, ce qui se construit est le chemin.

Cyrille Bret